2. Tim 3, 15-17
Les saintes Lettres. Elles sont à même de te procurer la sagesse qui conduit au salut par la foi dans le Christ Jésus. Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice : ainsi l'homme de Dieu se trouve–t–il accompli, équipé pour toute œuvre bonne.


« Dei Verbum »

25. Aussi est-il nécessaire que tous les clercs, avant tout les prêtres du Christ et tous les autres qui, comme diacres ou catéchistes, s'appliquent de façon légitime au ministère de la parole, s'attachent aux Ecritures par une lecture assidue et une étude soigneuse, pour que nul d'entre eux ne devienne " au dehors un vain prédicateur de la Parole de Dieu, s'il ne l'écoute pas intérieurement " , pensant qu'il doit faire participer, spécialement dans la sainte liturgie, aux inépuisables richesses de la parole divine, les fidèles qui lui sont confiés. De même le saint Concile exhorte avec force et de façon spéciale tous les chrétiens, surtout les membres des instituts religieux, à acquérir par la lecture fréquente des divines Ecritures " une science éminente de Jésus-Christ " (Phil. 3, 8), car " ignorer les Ecritures, c'est ignorer le Christ ".

Qu'ils approchent donc de tout leur coeur le texte sacré lui-même, soit par la sainte liturgie, qui est remplie des paroles divines, soit par une pieuse lecture, soit par des cours faits pour cela ou par d'autres méthodes qui, avec l'approbation et le soin qu'en prennent les Pasteurs de l'Eglise, se répandent de manière louable partout de notre temps. Mais la prière -- qu'on se le rappelle -- doit accompagner la lecture de la Sainte Ecriture pour que s'établisse un dialogue entre Dieu et l'homme, car " c'est à lui que nous nous adressons quand nous prions; c'est lui que nous écoutons, quand nous lisons les oracles divins